mardi 6 novembre 2007

L'émile et le mulot (fable du 3e millénaire)



Bonjour les Emile, Emilie, Emilien, Emilienne,
Bonjour les zotres

C'est un mot d'enfant, joli et poétique comme tous les mots d'enfants involontairement drôles. C'est le récit d'un adulte amusé et attendri sur une liste de discussion appelée "mots passion" qui, comme son nom l'indique, évoque les mots, la grammaire, la syntaxe, Laure Taugraff (cette chieuse), l'étymologie, et autorise les digressions les plus variées au gré des questions et des envies de ses membres.

C'est donc un petit garçon qui dit à un adulte "t'as qu'à lui envoyer un émile" un peu comme je rétorquais à mes parents, quand ils me disaient qu'une chose était chère (sous entendu trop chère pour satisfaire une (mon ?) envie du moment) : "t'as qu'à faire un chèque". Mais laissons là mes velléités autobiographiques et revenons à cet émile. Je l'aime bien moi, émile. Je le trouve nettement plus sympa et nature que l'autre cloche de courriel. C'est juste pas possible du tout de porter un nom pareil. D'habitude j'aime bien les mots-valises mais celui-ci sent trop le compromis, le manque d'imagination et de conviction, la décision d'adultes peu inspirés imposée par la nécessité d'une francisation de l'e-mail.

Franchement, combien d'entre vous disent des choses comme : "tiens, je vais aller voir si j'ai des courriels ?", "je t'envoie l'adresse de machin par courriel" ou encore "j'en ai ras le cul de tous ces putains de spams sur ma boite courriels". Ben non, vous voyez, vous ne dites jamais des choses pareilles et avouez qu'on a vachement plus envie d'envoyer ou de consulter des émiles que des courriels, non ?

Alors c'est décidé, moi, je l'adopte cet émile. Et croyez-moi, je ne suis pas la seule puisqu'un "mots passionné" belge m'en envoie de temps à autres. Vous aurez beau me supplier, je ne vous écrirai plus de mails ni d'e-mails, je ne me mettrai pas aux courriels, j'émilerai quand ça me chantera.

J'aime bien les mots qui, dans une langue, naissent de la déformation phonétique du mot initial dans sa langue d'origine. Le mot tennis est un arrière-arrière-arrière petit fils de notre "tenez" et l'appel au secours anglo-saxon "may day ! may day !" n'est rien d'autre que la fin de "venez m'aider" (ben oui, dire la phrase en entier, c'est un peu longuet quand on n'est plus accroché(e) que par 2 doigts au balcon du 6e étage d'un immeuble en flammes).

5 commentaires:

Comme une image a dit…

Moi, je n'envoie que des courriels, et je ne reçois pas du spam mais des pourriels.

Le courriel vaincra !!!

(En plus, ça nous vient de nos cousins du Québec, remercions-les.)

Je trouve ça très bien, comme mot valise (e-mail, c'est un mot valise aussi, d'une certaine manière), ça rappelle "logiciel".
Arrêtez de freiner des quatre fers, émile ça peut être rigolo comme surnom mais en appellation standard, utilisons courriel sans nous poser trop de question et vous verrez bien dans quelques années que ça passera aussi bien que "baladeur" dont on s'était beaucoup gaussé à l'époque du "Walkman" qui reste utilisé comme terme générique aussi (e-mail le restera probablement), mais moins.

K a dit…

« Émile » pourquoi pas mais il faudrait un sketch de Jamel ou un truc dans le genre pour lancer le mot. D'ici là je reste à courriel quand je ne me surprends pas à user du vocable anglophone.

@comme une image : Walkman était une marque de Sony. Les connaissant ils en volontairement restreint l'usage pour éviter que le terme devienne si générique que leurs droits dessus disparaîtraient (comme Frigidaire).

Guy a dit…

Dans la section différence QUéBec France, c'est le retour du jeu "tu sais que" juste ici
http://www.guycardinal.net/wordpressfr/2007/tu-sais-que-2/

Je sais que tu aimes

Guy a dit…

Au fait, Mulot, c'est Chirac qui appelait les souris d'ordinateur comme cela.

Cécile Qd9 a dit…

@ C.U.I. : j'ai l'impression que l'objet "walkman" est tombé en désuétude avant le mot...

@ K : oui, un peu comme le "Camembert" des Guignols qui est passé dans le langage courant (pour ne citer qu'un seul exemple)

@ Guy : sympa le "tu sais que". Quant à la précision sur Chirac étant à l'origine du "mulot", tu oublies que tu t'adresses à des français... ;o)